Ressources documentaires

Cette rubrique contient une sélection d'ouvrages – récents ou plus anciens - qui, à un titre ou à un autre, traitent sérieusement et en profondeur soit du phénomène criminel, soit de champs ou de pratiques sociales offrant un éclairage particulier sur le monde, ses structures et les outils conceptuels pour en approcher le sens.

La rubrique est appelée à être enrichie et remise à jour régulièrement.

Sartre avec Lacan. Corrélation antinomique, liaison dangereuse (Clotilde Leguil)
(Préface de Jacques-Alain Miller)

Clotilde Leguil dévoile les coulisses de l'élaboration lacanienne de la psychanalyse à partir d'une corrélation secrète et paradoxale avec la philosophie sartrienne de l'existence. Si le rapport de Lacan à Sartre est de l'ordre d'une liaison dangereuse, c'est qu'il y a risque de méprise et de malentendu : la philosophie existentielle sartrienne nie la dimension de l'inconscient et la perspective lacanienne introduit le structuralisme en psychanalyse pour repenser l'inconscient freudien. Lacan ne recule pas devant les dangers de cette corrélation antinomique. Tout en critiquant Sartre, il réinvestit ses concepts. Ainsi métamorphose-t-il le désir, le manque d'être ou la contingence pour les mettre au service d'une psychanalyse structuraliste. C'est dire combien le structuralisme lacanien se détache singulièrement du mouvement structuraliste : il est question de structure certes, mais aussi de désir et de sujet, sans lesquels la psychanalyse se résorberait dans les sciences humaines. L'on saisira comment Lacan détourne les concepts de la philosophie existentielle pour leur faire jouer une nouvelle partition, qui éclaire l'expérience analytique en tant qu'expérience subjective. (source : éditeur)

Editeur Navarin – Le Champ Freudien, 15 mars 2012

Monde pluriel (Bernard Lahire)

Une question centrale donne aux sciences humaines et sociales un socle commun : pourquoi les individus font-ils ce qu'ils font ? Et l'on ne peut y répondre sans prendre en compte le long processus de différenciation par lequel les sociétés se sont fragmentées en microcosmes aux frontières néanmoins incertaines. Pour comprendre les actions humaines, il est dès lors indispensable de les inscrire dans des contextes chaque fois spécifiques. Si la plupart des spécialistes en conviennent, peu s'accordent toutefois sur les cadres pertinents dans lesquels les acteurs doivent être situés pour analyser tel ou tel compartiment, telle ou telle dimension de leurs pratiques. Des catégories aussi fondamentales que les notions de "champ" ou de "monde" appellent en particulier un examen critique. Bernard Lahire ne propose pas ici une théorie générale de la société, mais s'efforce de marquer une distance par rapport à l'état actuel des sciences humaines et sociales et aux lignes de clivage qui les traversent en nous donnant la possibilité d'entrevoir l'unité cachée d'un espace en apparence très morcelé. (source : éditeur)

Editions du Seuil, mars 2012, Collection la couleur des idées

Le glaive sans la balance (Xavier Lameyre)

Xavier Lameyre est juge. Il condamne les coupables mais avec mesure, et en demandant des lois humaines. Que ce soit comme enseignant ou comme magistrat, il a vu l'évolution d'une législation toujours plus sévère et toujours plus inefficace. Avec ce livre, il revient sur la politique punitive que mène l'Etat français depuis près de vingt ans.

D'une réflexion nourrie par l'expérience et éclairée par des chiffres éloquents, il tire une conclusion alarmante : non seulement ces lois bâclées n'ont aucune efficacité, mais c'est l'Etat qui sort pratiquement et moralement affaibli d'une politique indigne d'une République humaniste. (Source éditeur)

Editions Grasset, mars 2012, Collection : Essais Français

Un jour, le crime (J.-B. Pontalis)

Au commencement était l'acte. Cet acte était la mise à mort du père selon Freud, du frère selon la Bible. Ce commencement est sans fin. Nous aurons beau nous écrier : « Plus jamais ça ! », les faits ne cesseront de nous démentir, de montrer la vanité de nos cris. Les faits sont têtus, disait cet entêté de Lénine.

La violence est souveraine. Partout, dehors, visible, étalée au grand jour. Partout, dedans, cachée, tapie dans l'ombre d'où elle est prête à surgir. La passion meurtrière, qu'elle soit collective ou individuelle, la rage de détruire, l'amour de la haine ne connaissent pas de limites. Face à la démesure, nos instruments de mesure sont défaillants. (Source : Editeur)

2011, 192 pages, Collection blanche, Gallimard essai

Le plaisir de tuer (Michel Dubec et Chantal de Rudder)

Michel Dubec est psychiatre et psychanalyste. Il aurait pu se contenter de soulager les névroses dans un cabinet cosy. Mais il est devenu expert auprès des tribunaux, et depuis un quart de siècle, a côtoyé les pires meurtriers, de Carlos à Guy Georges. Longtemps il a justifié sa présence sur la galère de l'expertise judiciaire par sa fibre sociale, ses origines plus que modestes, la dynastie de truands dont il est issu, le voyou qu'il aurait pu être. Et puis il a rencontré Paul Touvier, le premier collabo français jamais jugé pour crime contre l'humanité. L'histoire de la famille Dubec, c'est l'histoire de la Shoah. Face à Touvier, Michel Dubec réalise qu'il se mesure depuis toujours à l'énigme du mal : " Ici, il n'y a pas de pourquoi " avait lâché un garde-chiourme d'Auschwitz au déporté Primo Levi. Au fil d'une quête aussi captivante qu'une enquête, Michel Dubec réussit à nous faire toucher l'âme du crime. (Source : Editeur)

Editions du Seuil, février 2007 - Collection Essais

L'énigme des tueurs en série (Daniel Zagury avec Florence Assouline)

Fort de son expérience d'expert auprès de la cour d'Appel de Paris, Daniel Zagury, psychiatre des hôpitaux, nous entraîne dans cet ouvrage, construit comme une enquête, au coeur même des processus psychiques criminels. Le décryptage minutieux de plusieurs des cas qu'il eut lui-même à expertiser, parmi lesquels Guy Georges, Patrice Allègre ou Michel Fourniret, lui permet à la fois d'analyser la singularité de chacun et d'envisager un modèle généralisable pour cette criminalité particulière. Refusant les simplifications outrancières, étudiant la complexité des phénomènes psychiques, établissant des analogies entre crime en série et génocide, Daniel Zagury nous éclaire sur notre fascination pour les tueurs en série et donne des réponses à cette interrogation vertigineuse : par quels mécanismes complexes et terrifiants, des êtres humains parviennent-ils à une telle déshumanisation d'eux-mêmes et de leurs victimes ? (Source : Editeur)

Plon, septembre 2008 / Réédité Pocket en octobre 2010

Un monde sans limite, suivi de Malaise dans la subjectivation (Jean-Pierre Lebrun)

« "Un monde sans limite", paru en 1997, a été l'une des premières tentatives de rendre compte de l'effet sur la subjectivité d'un social sous la houlette de la science et non plus de la religion. L'ouvrage se plaçait sous le couvert de Freud, lorsque ce dernier prenait la psychanalyse comme point d'appui pour aborder le social, mais aussi sous celui de Lacan, qui, dès le début de son œuvre, avait souhaité que le psychanalyste connaisse la spire où son époque l'entraîne. Les questions soulevées par Un monde sans limite ont généré de nombreux débats, comme si elles constituaient en elles-mêmes le symptôme de la mutation profonde de société à laquelle nous assistions. Dans ce premier moment d'appréhension du phénomène, nous avions bien identifié les conséquences à l'œuvre du déclin de la fonction paternelle, sans pour autant distinguer clairement, à l'époque, fonction paternelle et fonction patriarcale. Cette critique pertinente nous a contraint à poursuivre notre réflexion dans "Malaise dans la subjectivation" (dans Les désarrois nouveaux du sujet, érès, 2001) et à soutenir que c'était surtout l'exercice concret de la fonction paternelle qui était mis en difficulté, étant donné précisément le déclin, voire la péremption, du patriarcat. » J-P. L.

Edition Erès, Poche, février 2009

L'homme sans gravité : Jouir à tout prix (Charles Melman avec J-P Lebrun)

Rejet du "réel" au profit du "virtuel", banalisation de la violence, perte de légitimité des figures de l'autorité, montée des diverses toxicomanies, attitudes inédites face à la procréation comme face à la mort, nouvelles formes de libertinage, difficultés d'une jeunesse sans perspectives, multiplication spectaculaire des états dépressifs... la liste est longue des changements récents qui témoignent d'une évolution radicale des comportements des individus et de la vie en société. Et qui provoquent une véritable crise des repères suscitant le désarroi des humains, à commencer par ceux qui font profession d'éduquer, de soigner ou de gouverner leurs semblables. C'est à une véritable mutation à la fois de la subjectivité et de l'existence collective que nous assistons aujourd'hui, où l'on voit apparaître ce que l'on peut déjà appeler, avec Charles Melman, "la nouvelle économie psychique". Son moteur n'est plus le désir mais la jouissance. L'homme du début du XXIe siècle est sans boussole, sans lest, affranchi du refoulement, moins citoyen que consommateur, un "homme sans gravité", produit d'une société libérale aujourd'hui triomphante, qui semble n'avoir plus le choix : il est en quelque sorte sommé de jouir.

Editions Denoël, Collection Médiations, octobre 2002 / réédition Editions Gallimard, Folio essais, mars 2005

Sociologie du crime (Jean-Michel Bessette)

Par son geste, le criminel "sauvage de la civilisation" nous apostrophe. En effet, tout acte de transgression est une fenêtre ouverte sur la société. Aussi bien le phénomène criminel est-il un pôle crucial dont l'étude permet d'aller plus avant dans la connaissance de l'homme. (Note de l'éditeur)

PUF, collection Le Sociologue février 1982

Psychanalyse des comportements violents (Claude Balier)

Nombre de crimes, et des plus terribles, sont en relation avec des perturbations psychiques. Nous ne parlons pas des malades mentaux avérés adressés à l'hôpital psychiatrique après que l'expert les a reconnus irresponsables. Mais de cette catégorie apparentée aux états limites à laquelle la psychanalyse attribue de plus en plus d'importance. A l'appui d'exposés cliniques, l'auteur analyse la place de l'agressivité dans le fonctionnement psychique de ces patients en dépassant les classifications nosographiques habituelles. Il montre comment l'outil psychanalytique peut être utilisé en milieu carcéral pour obtenir des transformations parfois surprenantes du comportement. (Source : Editeur)

PUF, collection Le Fil Rouge, 1988

Leçons VIII. Le Crime du caporal Lortie. Traité sur le Père (Pierre Legendre)

Ces Leçons VIII étudient ce cas de parricide. Faut-il donc que de nos jours le rapport des montages normatifs à la tragédie ne soit plus représentable qu'à l'occasion des mises en acte ? Le temps nous presse. Comment faire face, pour notre temps, à la nécessité de mettre en paroles la scène humaine de l'inceste et du meurtre, afin d'en déjouer l'accomplissement dans la vie quotidienne ? L'interdit est avant tout un problème de vérité - la vérité de la différenciation humaine. Tel est le sens de l'office du père, indissociable du principe de Raison dont il est, en somme, la traduction juridique. Tout parricide le dévoile : le meurtrier s'attaque à la construction même de la Raison. (Source : Editeur)

Flammarion, collection Champs, août 2000

Amour et crimes d'amour (Etienne De Greef)

Ce professeur d'anthropologie criminelle à l'Université de Louvain ne cessa pas, au cours de sa carrière, d'appuyer ses recherches sur une expérience concrète du délinquant observé en milieu carcéral. Ici, comme dans toute son œuvre criminologique, il n'a pas cédé à la tentation d'étudier l'acte criminel comme s'il s'agissait d'un comportement en lui-même, sans relation avec la psychologie normale. C'est au contraire, selon lui, à partir de cette psychologie normale qu'il est possible de comprendre les déformations et les conflits qui peuvent affecter les relations interpersonnelles et conduire au crime. (Source : Editeur)

Bruxelles, éditions Mardaga, 1973

Le besoin d'avouer, psychanalyse du crime et du châtiment (Theodor Reik)

L'un des premiers à s'être aventuré dans le domaine de la psychologie du crime, Theodor Reik examine dans cet ouvrage le conflit entre les forces qui poussent le criminel à l'action et celles qui le paralysent à travers le jeu de son inconscient.

Dans la première partie, "L'assassin inconnu", Theodor Reik étudie, à la lumière de la psychanalyse, les grands crimes célèbres. "Le besoin d'avouer", thème de la deuxième partie, c'est non seulement la compulsion qui pousse le criminel à se dévoiler, mais aussi la force inconnue qui oblige chacun de nous à soulager sa culpabilité. (Source : Editeur)

1997, Payot n° 325

Recueil de cas cliniques en psychopathologie de l'adulte (François Marty)

Phobies, névrose obsessionnelle, passage à l'acte, névrose traumatique, schizophrénie… le psychologue est confronté quotidiennement à des patients adultes présentant des formes diverses de psychopathologies. Cet ouvrage présente un éventail des différents cas cliniques en psychopathologie de l'adulte qu'un praticien peut rencontrer. Dix auteurs et autant d'articles : chacun d'eux consacré à un cas clinique représentatif d'une psychopathologie courante. Chaque auteur fait ressortir la problématique psychopathologique, décrit les mécanismes psychiques en jeu et propose une façon de travailler avec le patient. (Source : Editeur)

Editeur In Press Eds, septembre 2009, Collection Psycho

Introduction à l'analyse de la télévision (François Jost)

Les émissions de télévision font désormais partie de nos mémoires. Mais comment analyser une émission ? Par où commencer ?

Pour répondre à ces questions il faut, bien sûr, élucider la nature du lien qui unit téléspectateurs et chaînes, la logique des genres télévisuels et la fonction des émissions dans la programmation. Cette Introduction... s'y emploie et vient combler un vide, en fournissant des voies d'accès aux émissions quotidiennes de la télévision, non pas aux "chefs-d'œuvre" ou aux programmes exceptionnels, mais à ces émissions qui émaillent notre quotidien : information, fiction, jeu ou téléréalité. (Source : Editeur)

Editions Ellipses, collection Infocom, décembre 2007 (Reed.)

Nouveau précis de sémiologie des troubles psychiques (Serge Tribolet et Mazda Shahidi)

Cet ouvrage est conçu pour permettre le repérage et la reconnaissance des symptômes les plus divers en les situant au sein de chacune des étapes de l'examen clinique. Les auteurs ont choisi la possibilité de multiples entrées en fonction du type de symptôme, du contexte syndromique, des intrications somato-psychiatriques, de l'existence d'une iatrogénie, de l'influence de la culture... Réalisant une véritable référence sémiologique en psychiatrie, ce nouveau Précis se situe en amont de l'étape diagnostique. Le temps sémiologique précède le temps diagnostique. (Source : Editeur)

Editions Heures de France, Guide pro de santé mentale, juin 2005

Traité de médecine légale (Jean-Pol Beauthier)

Cette deuxième édition est complétée par une approche moderne de certains aspects particuliers de la médecine légale tels que les phénomènes de "blast", l´ostéologie lésionnelle et sa biomécanique, une approche résolument actualisée et novatrice de la mort naturelle, les problèmes liés aux armes dites à létalité réduite, l´ADN ancien, la reconstitution crânio-faciale informatisée, l'autopsie virtuelle, la nouvelle approche de la mort subite du nourrisson, la toxicologie, la violence au sens large et tant d´autres nouveautés dans ce domaine spécialisé de la médecine qui évolue à pas de géant. (Source : Editeur)

Editions De Boeck, août 2011