La structure du crime

« LA STRUCTURE DU CRIME »

La photo qui orne la couverture de ce livre, paru en avril 2013, se veut emblématique de notre démarche : devant le Palais de Justice de Cahors, trône depuis 1987 une statue du maître sculpteur Jean Cattant intitulée "Œdipe, L'Homme et son destin". Le fait est très vraisemblablement dû au hasard – s’il existe quelque part - mais cette proximité topographique entre le lieu où se rend la justice pénale et le mythe paradigmatique de la psychanalyse illustre parfaitement notre ambition : approfondir toujours et encore la connaissance de ce qui lie intimement un accusé, son histoire personnelle, sa personnalité profonde et le crime qui lui est reproché, tenter d’en appréhender le sens et d’en mesurer l’inéluctabilité.

Car si les circonstances des faits sont toujours différentes et si chaque auteur de crime est porteur d’une histoire et d’une personnalité singulières, un étrange lien paraît les unir tous autour d’une destinée commune, tel un fatum invisible.

L’ouvrage examine sept dossiers criminels très dissemblables, de la commission des faits jusqu’au verdict, en passant par l’instruction judiciaire et les débats de cour d’assises.

Les évènements sont restitués avec la plus grande précision et mis en regard de la personnalité de chaque auteur, à l’aide d’entretiens avec les experts psychiatres et psychologues désignés pour l’examen des accusés.

L’analyse minutieuse de ces sept cas met en évidence un certain nombre d’éléments psychosociaux invariants, reliés à un processus dynamique constant.

Le champ du crime fonctionne comme un ensemble structurel clos, avec ses règles inconscientes de dépendances et de déterminations.

L’élément le plus constant et le plus central de ce dispositif chez le criminel est la perception d’une angoisse croissante qui l’envahit et le mure dans le silence. L’analyse nous montre que le passage à l’acte est toujours une tentative résolutoire de cette angoisse, incarnant le résultat d’une somme, aléatoire mais bien réelle, de déterminismes psychologiques et sociaux.

Ce livre est en quelque sorte la suite et le prolongement de « Passages à l’acte » paru chez le même éditeur en janvier 2012. De l’examen thématique des problématiques psycho-judiciaires, il en resserre l’analyse pour tenter de trouver, d’isoler puis de relier entre eux les éléments constants qui font du crime une entité structurelle particulière. Dans ce champ évoluent, selon des règles inconscientes et largement déterministes, des accusés aux prises avec leurs traumatismes, leurs névroses, leurs mécanismes de défense, leur mauvaise adaptation à une réalité sociale toujours plus exigeante et leurs confrontations avec le réel d’une situation ressentie comme tellement anxiogène qu’elle en devient indépassable émotionnellement.

Quelques commentaires de presse (.PDF)