"Une Idée est toujours l'affirmation qu'une nouvelle vérité est historiquement possible" 1

"Verdict" : Un projet journalistique trans-media

"Verdict" est d'abord une émission télévisée atypique pour son époque car refusant le spectaculaire et la caricature au bénéfice de l'étude clinique, minutieuse, rigoureuse et exigeante d'un passage à l'acte criminel, pour "que l'arène médiatique ne prenne jamais le pas sur ce qui se joue dans l'arène judiciaire."2

Mais bien davantage qu'une collection documentaire télévisée récurrente sur l'acte criminel, « Verdict » est avant tout un projet journalistique global, trans-media et réflexif, tant au sens de la pensée, de la conscience de soi et du monde qu'au sens mathématique de mise en relation des éléments de plusieurs ensembles avec eux-mêmes.

Un tel projet n'aurait en effet pas de sens en restant cantonné aux seuls champs du journalisme et de la justice pénale. Il ne peut produire du sens que mis en rapport et en équation avec tous les autres champs concernés par un dossier criminel :

  • Les sciences dites « exactes » telles que la médecine légale, l'anatomo-pathologie, la biologie, la génétique, la toxicologie, la balistique...
  • Les sciences humaines telles que le droit pénal, la psychologie, la psychiatrie, la sociologie, la sémiotique, l'histoire...

C'est de la volonté de confrontation et d'articulation de ces champs qu'est né le projet « Verdict » en 2004, faisant le pari que le champ journalistique judiciaire n'était par condamné ad nauseam au pathos, mais pouvait relever du logos.
Ce projet est donc aussi un combat intellectuel : le temps médiatique qui cherchait à comprendre le monde qui l'entourait est devenu un temps qui reproduit indéfiniment l'apparence du réel. L'image de la réalité se constitue désormais comme réalité, il y a inversion entre réel et fictif. Les médias ne produisent de la communication que comme simulacre d'elle-même3.

C'est ce mouvement qu'il faut renverser, en replaçant le réel au centre de l'exigence journalistique. « Verdict » se conçoit comme un « laboratoire » de cette détermination.

Quatre domaines d'intervention

Aujourd'hui, « Verdict » se décline sur quatre supports :

  • La télévision
    De 2005 à 2016, cinquante-deux émissions « Verdict» - déclinées en huit « saisons » - ont été diffusées par France 5 d'abord, puis par Planète, Planète Justice (Planète+ci), 13ème Rue et France O. Un grand nombre de ces films a également été rediffusé par TV5 et France 2.
  • L'édition

Trois livres : 
Passages à l’acte (ce que les accusés nous apprennent du crime), Ed Anne Carrère, Paris, 2012
La structure du crime (pour une clinique des débats de cour d’assises), Ed. Anne Carrère, Paris, 2013
Valentin et les délirants (monographie d’un "délire à deux" meurtrier), Ed. Anne Carrère, Paris, 2014

Entre certitudes et doutes, l'apport de la critique


La statue d'Œdipe érigée devant le Palais de Justice de Cahors :
l'apport de la psychanalyse à la compréhension d'un passage à l'acte criminel

En exposant et en détaillant chacun de ces domaines et en explicitant la démarche intellectuelle générale de « Verdict », ce site se veut le reflet aussi fidèle que possible de nos intentions, de nos réalisations, de nos certitudes et de nos interrogations.

Il présente :

  • Un blog d'informations et d'humeur nécessaires en ces « périodes d'ignorance ou de croyances obscurantistes. »4
  • Un ensemble de textes et de réflexions théoriques qui constituent et encadrent la pratique quotidienne du projet « Verdict » ;
  • Un grand nombre d'informations sur les émissions télévisées avec des photos, des documents, des vidéos et des textes inédits venant enrichir et compléter les films sous forme d'addenda ;
  • Des commentaires de presse ;
  • Des tableaux statistiques élaborés à partie de l'intégralité des émissions diffusées qui fournissent un point de vue sur l'état de la criminalité à la fois sur le plan pénal et sur le plan psychosocial ;
  • Une présentation des déclinaisons autres que télévisuelles de « Verdict » ainsi que la recension d'ouvrages récents ou fondateurs en relation avec notre problématique.

Ce site se veut interactif, en accueillant toute critique constructive : « La critique peut être désagréable, mais elle est nécessaire. Elle est comme la douleur pour le corps humain : elle attire l'attention sur ce qui ne va pas. »5

La « dispute », dans sa vieille acception philosophique, permet de progresser en surmontant les contradictions.

Même si nous n'avons nulle intention de déroger à nos principes fondateurs de rigueur, d'analyse, d'objectivation du fait criminel et de céder, ne serait-ce qu'un d'un pouce, au spectaculaire, à la simplification et à la marchandisation de l'acte judiciaire, « Verdict » reste un projet.

Et, en tant que projet, il est perpétuellement à questionner, à remettre en cause et à faire progresser.

Jean-Charles Marchand
Rédacteur en chef de « Verdict »

 

  1. Alain Badiou in l'Hypothèse communiste, Circonstances 5, Nouvelles Éditions Lignes, mai 2009.
  2. Dr Paul Bensussan, in Déni de grossesse : le tribunal médiatique, publié par « Le Monde » le 24 juin 2009.
  3. Cf. Jean Baudrillard.
  4. Guy Debord in Panégyrique, tome premier, éditions Gérard Lebovici, 1989, réédité chez Gallimard, 1993. Voir aussi l'entretien au « Monde » de Pierre Legendre (22 octobre 2001) : « Nous assistons à une escalade de l'obscurantisme ».
  5. Winston Churchill